\

Grandir et faire grandir : le récit d’une apprenante.

20 septembre 2018

Marie Sliwa est Gestionnaire de production chez Ubisoft, elle a fait partie de la 7e cohorte du Défi 100 jours L’effet A. Elle revient aujourd’hui sur son expérience et nous partage ses apprentissages (ambition, prise de conscience, zone de confort, perception des autres).

Le Défi 100 jours L’effet A est une initiative visant à révéler le talent des femmes, à les aider à adopter une attitude plus ambitieuse et à propulser leur carrière. Avec ce programme de développement professionnel, les apprenantes sont amenées à vivre une expérience en atelier et en ligne. Dans le cadre de ce parcours, Skillable apporte son approche de développement et sa technologie de soutien.

Qu’est-ce qui vous a poussée à participer au Défi 100 jours L’effet A ?

C’est d’abord une initiative qui m’a été proposée par le département de développement des talents chez Ubisoft. Toujours à l’affût de nouvelles opportunités d’apprentissages et d’améliorations, j’ai tout de suite été intriguée par ce parcours réservé aux femmes. Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre, mais dès la première conférence, ça a été un véritable coup de cœur. J’ai compris que ce programme de développement était une occasion unique de pouvoir interagir avec des femmes que je pensais inaccessibles.

Comment qualifieriez-vous votre expérience du parcours ?

C’est vraiment une belle expérience qui pose les bonnes questions et qui te sort de ta zone de confort. Le rythme donné par la plateforme est bien défini tout au long de la formation et s’arrime parfaitement avec les conférences. Le système de cartes est stimulant, car il permet d’être tout le temps dans l’action. C’est simple et rapide, parfois un peu inconfortable, mais toujours intéressant, car, finalement, on apprend sur soi-même. Par exemple, confronter sa perception de l’ambition avec ses collègues et leur demander si elles vous perçoivent comme ambitieuse a été un exercice déclencheur pour moi. Il m’a aidé à formaliser mon ambition et à l’assumer. C’est assez inhabituel, mais l’activité est facile à mettre en pratique, car elle est de courte durée.

L’expérience est bonifiée par le partage avec les autres participantes lors des différents ateliers, que ce soit chez Ubisoft et ailleurs (Cirque du Soleil, Hydro Québec, etc.). L’échange m’a permis de mettre en perspective la flexibilité de mon domaine (jeux vidéo) par rapport à celle d’autres domaines, et de discuter de l’évolution de mon propre défi et de celui des autres.

Quel est votre ressenti par rapport à l’approche de développement ?

Au fur et à mesure que le programme avançait, j’ai compris la raison pour laquelle il était destiné aux femmes. La notion de culpabilité a été abordée sous un angle que l’on retrouve souvent dans le milieu féminin. L’approche est teintée d’une certaine délicatesse et d’une bienveillance qui crééent une bulle à l’intérieur de laquelle des femmes accomplies n’ont pas peur de nous parler de leurs faiblesses et qui nous insufflent leur énergie. On se sent portée par la communauté et par le succès de ses femmes, et cela rend tout possible.

Quel moment vous a marquée pendant le parcours ?

Réaliser que tout est possible, que je pourrais être la Sophie Brochu de demain. Comme elle le dit si bien: « Il ne faut pas prendre la couleur des murs », mais s’affirmer et se faire reconnaître n’est pas nécessairement synonyme d’agressivité ou de d’arrogance. Je crois que ce qui m’a le plus marquée c’est de prendre conscience que des femmes de son envergure, que j’imaginais dans une autre dimension, sont passées par les mêmes étapes et situations que je celles que je vis actuellement.

Qu’est-ce que vous retiendrez du Défi 100 jours L’effet A ?

  • Quelques mantras et clés simples, mais qui s’appliquent facilement au quotidien. Ces conseils basiques changent la perception des autres, me permettent de me mettre en action et de me recentrer quand je me sens dépassée;
  • Ne pas sous-estimer l’importance des petites actions, aussi anodines soient-elles;
  • Accepter la reconnaissance sans culpabilité et assumer ses forces, ne pas minimiser son impact;
  • Aller à mon rythme, mais toujours être en action.

 

Crédit photo : Frédérique Ménard-Aubin

Consultez également